Mes premiers pas en Asie : Séjour à Halong bay et Sapa ou quelques jours au Paradis.

Viêt Nam - Journal de bord

Publié le Sat Mar 07 16:29:05 CET 2015 par :

musicalex

Baroudeur, routard , ascendant Expat, séjour long

Rédacteur

Deux excursions en partance d'Hanoi : Halong Bay et Sapa. Deux univers radicalement différents. Deux paradis difficiles à partager. D'un côté, une peinture impressionniste, du soleil et du kayak dans des paysages grandioses. D'un autre côté, des rizières, du brouillard, des montages à perte de vue et de la moto euphorisante.

Mes premiers pas en Asie : Séjour à Halong bay et Sapa ou quelques jours au Paradis.

Pour s’évader de la jungle d’Hanoi, de nombreuses escapades sont possibles. Nous avons commencé par une des merveilles du monde, Halong Bay.

 

Il me semble impossible de décrire l’émotion que j’ai ressentie en regardant ces montages grandioses au milieu d’une mer bleutée tirant vers le turquoise, alors que notre bateau s’enfonçait de plus en plus à l’intérieur de cette peinture invraisemblable. Même après en avoir entendu de nombreux récits et après en avoir vu des dizaines de photos, la sensation inouïe est restée intacte. Romantisme cliché de paraitre un petit rien devant l’immensité de la nature. Nous étions donc clairement au paradis pour les prochaines 24h. Pour une fois, je dois avouer que les mots ne pourront jamais remplacer la vision d’un tel paysage.

 

Nous avons donc passé une nuit sur un bateau vietnamien en bois, avec trois autres couples, une dame célibataire triste, un guide légèrement trop intense et très bavard, et les membres de l’équipage. Ce fut notre petit luxe du voyage. 90$ pour 24h avec repas compris. Mais non, nous ne regrettons rien, rien de rien. Autant nous avions lu des horreurs dans des récits sur Internet, comprenant des rats dansants dans les cabines, des bateaux chavirant et du riz gluant comme seul repas pendant toute la journée, autant nous sommes tombés sur la bonne agence Vega travel (mais qu'il fut difficile de la trouver, entre toutes les copies, à Hanoi..).

 

Nous avons eu droit à des buffets grandioses à chaque repas et un tour de kayak dans les creux des montagnes avec la nette impression d’être seuls au monde, bien que nous croisions souvent des bouteilles de plastiques flottants. La civilisation nous rattrape toujours. Nous avons aussi pu jouer à Lara Croft et Indiana Jones dans les grottes avec un guide trop enthousiasme qui voyait des animaux dans toutes (mais toutes!) les stalactites et oublié la réalité en contemplant un coucher de soleil impressionniste et rose. Nous avons dormi dans une chambre luxueuse avec une vue magnifique sur la baie pendant 24h, ses petits villages flottants et ses vietnamiennes nomades vendant des fruits et légumes dans leur barque brune. Il faisait beau, il faisait très chaud, c’était magnifique. J’avais maintenant officiellement tout effacé du Québec, du travail, des obligations habituelles. J’étais au Vietnam et j’étais comblée.

 

Le lendemain de notre escapade, un typhon s’est abattu sur Halong et a duré plusieurs jours. Nous avons donc fui la cote pour nous enfoncer dans les montagnes et la fraicheur, à Sapa.

 

7h de train de nuit, 30 minutes de petit autobus à toute vitesse dans une route escarpée et en mauvais état et un bon 20 degrés de moins en température plus tard, nous sommes arrivés dans ce Chamonix vietnamien.

Un village entre son lac et les montagnes vertes.

Il faut absolument défier sa peur et prendre une moto, s’évader dans les collines et s’arrêter lorsqu’on en a envie. Oui, je l’avoue je ne voulais pas faire de moto au début. Il faut dire que les vietnamiens conduisent assez spectaculairement et même dans des autobus voyageurs à deux étages, on en sent l’impact et les remous. En moto, l’aventure paraissait assez suicidaire. Mais au bout de plusieurs négociations acharnées avec mon amoureux, j’ai accepté d’être passagère passive derrière lui. Ça a été la meilleure décision du voyage.

Pour nous préparer à notre petite virée, nous nous sommes même acheté des faux coupe-vents Northface (un rose et un noir) et un masque en coton pour nous protéger de la pollution. Avec nos petits casques ronds franchement PAS sécuritaires, nous passions pour de vrais locaux.

 

Des montagnes à perte de vue, des rizières en pente, une température qui change toutes les 5 minutes, passant du gros soleil au brouillard dense et cotonneux, des petits villages de quelques âmes parsemés par –ci par-là, Sapa est décidément charmant, malgré son caractère hautement touristique. Les villageois aux alentours savent que le typique plait et font exprès de continuer à s’habiller en costume d’autrefois et à vendre des bijoux artisanaux. Mais pendant leur pause, ils sortent leur téléphone intelligent et savent tous parler anglais. Quoi qu’il en soit, les ethnies montagnardes sont des gens très sympathiques et attachants et les filles sont mignonnes avec leurs jupes de toutes les couleurs, leurs anneaux immenses dans les oreilles et leurs petites mains bleutées par la teinture des vêtements.

 

Ils ont aussi tous accès à Internet, contrairement à certaines régions reculées du Québec. On est à des heures de routes d’une grande ville mais le wifi non sécurisé, est disponible partout, même dans les endroits les plus inimaginables. Pendant notre escapade de moto, nous nous sommes ainsi arrêtés boire un Coca-Cola chez une dame chaleureuse qui tenait une galerie d’art et un stationnement de moto au milieu de nulle part; et là au centre des collines de rizières, nous avons pu mettre une photo de notre Coca sur Instagram. Le seul hic, ça empêche de se déconnecter complètement des technologies alors que j’aurais pourtant bien aimé disparaitre de la surface des médias sociaux pour quelque temps.

 

La gastronomie ne captive pas particulièrement à Sapa. On peut manger de tout comme de la pizza ou des pâtes carbonata mais rien d’inoubliable. Par contre, il est possible de boire dans tous les bars et restaurants, du vin de Dalat, ville du centre-sud du pays, et ce vin, étonnamment bon donne toutefois un peu le mal de tête le lendemain.

Nous avons donc fêté la Saint-Jean Baptiste, tous les deux comme des grands, avec une bonne bouteille de vin Dalat à petit prix, en regardant la pluie tomber sur les pavés. Même au Vietnam, la tradition se perpétue : de la pluie pour la St-Jean. Et nous avons, bien entendu, immortalisé ce moment patriotique sur Facebook… le bar avait le wifi!

 

À suivre : de retour à Hanoi pour une petite journée, on se fait attaquer par un cafard en mangeant la nourriture des empereurs de Hué.

Connectez-vous pour laisser un commentaire.
musicalex, le Sat Apr 04 17:19:37 CEST 2015 Merci Katoudesiles! D'ailleurs ton album photo sur la polynésie est magnifique!
katoudesiles, le Tue Mar 31 23:31:15 CEST 2015 Captivant ton journal de bord !

À LA UNE : l'article de musicalex

À LIRE dans la tribune Inspirations & Découvertes