Le Costa Rica : Pour un voyage au coeur de la nature

Costa Rica - Journal de bord

Publié le Mon Feb 23 23:45:11 CET 2015 par :

decouvertemonde

Baroudeur, routard

Rédacteur

Le Costa Rica est un magnifique pays d'Amérique centrale qui est très reconnu pour ses richesses naturelles. Je vous amène dans ce pays, au coeur de ce qui fait sa beauté, à la rencontre de volcans, d'animaux et de jungle luxuriante.

Le Costa Rica : Pour un voyage au coeur de la nature

« C’est ça les plus belles plages du Costa Rica? J’en ai déjà vu des plus belles que ça! »

 

Telles furent les paroles de ma mère lorsque l’on mit les pieds sur les magnifiques plages du parc Manuel Antonio. Elle qui a l’habitude des plages immaculées des hôtels en tout inclus des Antilles que des employés aménagent et nettoient quotidiennement de tous les trésors naturels que la mer délaisse sur le rivage.

 

Et pourtant, qui pouvait croire qu’à peine quelques jours plus tard elle allait s’émerveiller devant les paysages sauvages du Costa Rica. Le contraste fut brutal, mais elle a fini par saisir la richesse de ce pays, de reconnaître la beauté qu’il nous offre et surtout de l’apprécier.

 

Malgré qu’il soit une destination très touristique, le Costa Rica a su garder ses atouts et c’est ce qui le rend intéressant pour les voyageurs en quête d’une proximité avec la nature et d’une faune et d’une flore très présentes.

 

 

Des plages adossées à la jungle

 

Je me souviendrai toujours de cette balade de Montezuma, sur la péninsule du Nicoya, jusqu’à la Playa grande que nous rejoignions pour faire du surf. Pour l’atteindre, nous devions marcher sur des plages, à travers des rochers et traverser la forêt par d’étroits sentiers.

 

Certaines plages étaient remplies de tronçons de bois, lessivés et laissés sur le rivage par les marées. D’autres n’étaient pas de sable, mais de coquillages, ou de fragments de ces derniers, qui s’accumulaient là depuis bien longtemps. On marchait et on entendait le craquement des coquilles sous nos pieds. Toute la palette de couleurs était à l’honneur. Lorsque l’on se penchait, on en voyait certains bouger. De petits colimaçons, dissimulés à l’intérieur, décidaient de changer d’endroit. Sans le savoir, nous avancions sur une ville miniature dont les maisons étaient en perpétuel mouvement.

 

À un moment, nous avons dû nous arrêter. De petits êtres nous barraient la route. Une traverse de tortues miniatures qui rejoignaient la mer. Nous n’avions qu’à patienter et admirer ce spectacle de la nature, le début d’un cycle.

 

Parfois, nous devions continuer notre chemin à travers la forêt, car il nous était impossible de traverser par le rivage. De gros rochers entravaient le chemin.

Il faut dire que la jungle au Costa Rica n’est jamais bien loin. Peu importe les plages que nous avons visitées, la jungle venait toujours s’y adosser, amenant avec elle la richesse de son écosystème bien représentative de ce pays.

 

De jolis oiseaux et papillons multicolores, des paresseux se faisant bien discrets dans les arbres, des singes sautant de branches en branches, laissant sortir un hurlement rauque qui nous saisissait à chaque fois. Parfois, ce sont de jolis coatis qui en famille traversaient le sentier en nous regardant d’un regard curieux ou un énorme iguane, tout droit sorti du parc jurassique, qui s’installait près de nous pour nous fixer sans bouger, au point même de nous intimider.

 

 

Des volcans au cœur d’une forêt luxuriante

 

Le Costa Rica compte également plusieurs volcans. Lors de notre séjour, nous avons rejoint l’Arenal, cet énorme cône volcanique encore très actif.

 

Pour jouir de plus de solitude et être au cœur des montagnes, nous avons dormi à El Castillo, ce petit village ayant une vue sur la face dénudée du volcan. Quel plaisir d’attendre patiemment que le vent balaye les nuages pour nous laisser entrevoir peu à peu les formes de ce monstre naturel.

 

Pour découvrir réellement un volcan, il faut le vivre, le sentir. C’est donc sous une pluie tropicale que nous avons enfilé nos maillots de bain pour nous glisser dans les eaux chauffées géothermiquement d’une rivière. Entre les cailloux, nous essayions de retenir nos corps voulant suivre le cours du courant. Les énormes feuilles des arbres au-dessus de nos têtes nous protégeaient, en partie, de la pluie qui s’abattait. Elle arrosait et verdissait la nature déjà éclatante, alors que nous nous revigorions des bienfaits de ce sauna naturel.

 

Pour mieux saisir la puissance du volcan, nous devions aussi aller à sa rencontre. Nous avons donc enfilé nos chaussures de randonnée et c’est vers le sentier de la lave que nous avons marché. Plus on s’approchait, plus la constitution du sol changeait sous nos pieds. La terre boueuse laissa place à un fond durci et noirci. Nous avions rejoint le champ de lave solidifiée. Des millénaires d’accumulation de coulées de basalte s’y retrouvaient. Mais la flore, comme toujours, avait repris ses droits. D’une manière presque irréelle, de petites fleurs colorées ressortaient sporadiquement du sol, contrastant avec le décor environnant.

 

Je savais que le Costa Rica préservait sa nature, mais j’ignorais que le développement humain était à ce point aussi bien intégré. Il y a une réelle synergie entre ce dernier et la préservation de l’environnement naturel. On ne voyage pas dans ce pays pour y faire des « citytrips » ou des découvertes culturelles et patrimoniales. Par contre, pour découvrir une nature sauvage et facilement accessible, chose qui manque parfois dans notre quotidien, le Costa Rica est un petit paradis. Préparez vos appareils photos, vous ramènerez assurément de magnifiques clichés.

 

Rachel Latour @ Blog voyage Découverte Monde

 

 

Connectez-vous pour laisser un commentaire.
decouvertemonde, le Mon Apr 27 00:46:15 CEST 2015 Et tu prévois le voyage pour bientot @Missln?
missln, le Mon Mar 09 22:59:59 CET 2015 J'étais déjà tentée mais là tu m'as convaincue d'aller au Costa Rica.

À LA UNE : l'article de decouvertemonde

À LIRE dans la tribune Inspirations & Découvertes